Inscription à la newsletter :

Article publié le 19 juin 2009 - Wunnen n° 14 - juillet-août 2009

24.06.2009

La culture du bien-être

Commune de Mondorf-les-Bains

Commune de Mondorf-les-Bains


Comme son nom l’indique, Mondorf-les-Bains est une ville charmante dont l’histoire et l’identité sont fortement liées à ses sources d’eau naturelle et aux activités de cure thermale et de loisirs qui y ont germé depuis plus d’un siècle. Ainsi, les deux grandes structures emblématiques de la commune, le Domaine Thermal et le Casino 2000, attirent respectivement en moyenne 380.000 et 540.000 visiteurs, une affluence exceptionnelle qui consolide la renommée nationale et internationale de la localité.

L’ouverture il y a quelques années de l’accès autoroutier vers la Sarre a permis à une clientèle décuplée et renouvelée de découvrir la station thermale et touristique. Cette accessibilité accrue a également interpellé toute une série d’entreprises du secteur industriel et artisanal qui ont trouvé sur le territoire de Mondorf une solution d’implantation plus avantageuse à certains égards que la capitale.
Mais la ville est également prisée par un nombre grandissant de particuliers qui souhaitent y élire domicile. Il faut dire qu’outre ses espaces verts luxuriants et ses établissements de prestige, Mondorf s’est vu adjoindre ces dernières années des ambassadeurs de pointe en la personne de trois de ses habitants les plus connus : le footballeur Jeff Strasser et les frères cyclistes, Fränk et Andy Schleck.
Dans l’interview qu’elle a accordée à WUNNEN, la bourgmestre Maggy Nagel explique comment, loin de se figer dans une tradition et des modèles acquis, Mondorf cherche à développer de nouvelles pistes pour renforcer son pouvoir d’attraction et faire en sorte que le bien-être y soit ressenti au quotidien par ses habitants et ses nombreux visiteurs.
Maggy Nagel, bourgmestre de Mondorf-les-Bains





« Mondorf-les-Bains est une ville à visage humain qui possède de multiples facettes et de nombreuses activités culturelles et de loisirs. »



Maggy Nagel, bourgmestre de Mondorf-les-Bains



WUNNEN : Qu’est-ce qui caractérise selon vous la ville de Mondorf-les-Bains ?
Maggy Nagel : « On peut dire que l’histoire de Mondorf est marquée par 163 années de thermalisme. La ville était fréquentée à une époque par une société mondaine férue de ses ambiances balnéaires et de ses hôtels de style. C’est le thermalisme qui a fait connaître Mondorf à travers toute l’Europe. Aujourd’hui, Mondorf-les-Bains est une ville à visage humain qui possède de multiples facettes et de nombreuses activités culturelles et de loisirs. Elle offre tous les agréments qu’on peut espérer dans un contexte urbain – enseignement, soins, culture, sport, loisirs, gastronomie, mobilité et transports publics – alliés à un environnement naturel d’une grande richesse. Il en résulte qu’elle attire un grand nombre de personnes de tous les âges désireuses de s’y installer. Mondorf est située à la lisière de la frontière française et à environ 15 km de l’Allemagne : une partie de l’afflux de visiteurs provient naturellement de ces deux pays limitrophes. Il faut noter également que, depuis l’ouverture, il y a 8 ans, de la liaison autoroutière avec la Sarre, la clientèle allemande s’est considérablement renouvelée. Cette nouvelle accessibilité a également suscité l’intérêt de plusieurs entreprises qui ont considéré Mondorf, et notamment la zone artisanale du « Triangle Vert », comme un lieu d’implantation avantageux. » 

Commune de Mondorf-les-Bains
Le patrimoine bâti
Qu’est-ce qui est fait pour la promotion de l’image de marque de la ville ?
« Depuis mon entrée en mandat, il y a 16 ans, je me suis efforcée de mettre en place une véritable synergie entre la Commune et ces deux grands acteurs que sont le Casino 2000 et le Domaine Thermal. Je préside ainsi depuis un certain nombre d’années un groupe de travail dénommé « Mondorf Promotions » qui réunit ces trois partenaires et qui œuvre à divulguer, sur le plan touristique et culturel, l’image et les atouts de la ville. L’un de nos atouts majeurs étant le fait que nous soyons la seule commune dans le pays à être dotée à la fois d’infrastructures thermales et d’un grand casino de jeux. »

Quels ont été les investissements importants de ces dernières années ?
« Nous avons fait d’importants investissements au niveau des infrastructures de voirie, de l’assainissement des réseaux et des aménagements paysagers. Un grand projet est en préparation, où la Commune intervient avec l’Etat, visant le réaménagement de l’avenue Frantz Clement. Le nouveau tracé de la voirie fera une boucle à travers le quartier du Brill, lui donnant ainsi plus de visibilité, tandis que la rue principale, délestée du trafic routier, retrouvera plus de sérénité et de convivialité. Toutes ces améliorations des routes et espaces publics sont importantes pour le confort des habitants, mais aussi parce que nous considérons vital de recevoir dignement les milliers de personnes qui nous rendent visite tout au long de l’année – les chiffres sont éloquents : 580.000 visiteurs pour le Casino 2000, 380.000 pour le Domaine Thermal. »

Quelle est la résonance de la nouvelle zone d’activités du « Triangle Vert » ?
« La zone s’étale sur 36 hectares et accueille aujourd’hui 22 entreprises. C’est en pensant à son accessibilité maximale que nous avons décidé de l’établir juste à côté de l’échangeur de l’autoroute. Afin de satisfaire les nombreuses demandes d’implantation que nous avons reçues et qui pour l’instant sont en suspens, nous pensons déjà à une extension du périmètre de la zone. »

Mondorf-les-Bains - école Grande-Duchesse Maria Teresa
Enfants devant le complexe scolaire Grande-Duchesse Maria Teresa.
Quelle est votre stratégie en ce qui concerne l’habitat et les nouveaux lotissements ?
« Il ne faut pas considérer Mondorf comme une bourgade de 4.600 habitants, mais il faut toujours tenir compte dans nos décisions d’une dimension de ville de l’ordre de 8.000 à 10.000 personnes. Cela dit, une de nos priorités a toujours été de créer du logement, car il nous importe de répondre à la forte demande en appartements. C’est ce qui nous a poussés à développer un ouvrage innovant et d’envergure, le « Domaine du Brill », sur le grand pré de 5 hectares qui se trouvait en plein cœur de la ville. Par ailleurs, de nouveaux lotissements privés sont en cours de réalisation : un projet de 120 maisons unifamiliales derrière l’Eglise sur le plateau ; un projet dénommé « le Domaine des Etangs », en face du Casino (3 maisons et 120 appartements). Nous allons également réaliser, en collaboration avec le ministère du Logement, un projet de logement social portant sur 12 maisons unifamiliales. En 2008, principalement suite à l’activation du Domaine du Brill, nous avons enregistré 441 nouveaux résidents. Grâce aux différents projets en cours ou programmés, nous prévoyons une croissance démographique soutenue, pour atteindre une population de quelque 7.000 habitants à l’horizon 2020. Même si nous avons signé le pacte logement, il faut dire que, bien avant que soient définis ses termes, nous étions déjà engagés dans une logique de création d’habitat. Dans cette optique, nous envisageons d’agrandir le périmètre d’agglomération dans le nouveau plan d’aménagement général, ceci afin de permettre de nouvelles constructions. »

En quoi le nouveau quartier du Brill est-il innovant ?
« Il s’agit d’un nouveau quartier moderne qui intègre harmonieusement des activités commerciales et des logements ainsi qu’une résidence de service. Nous avons commencé à travailler sur ce projet dès 1996, et aujourd’hui il a pris forme avec, disposés autour d’une vaste place centrale, 350 appartements, une résidence de service, une galerie commerciale, un supermarché de 1.200 m², un parking de 174 places. La partie résidentielle et commerciale de ce vaste projet immobilier a été confiée à la société Immondorf S.A. en tant que maître d’ouvrage - il s’agit d’un regroupement momentané des sociétés Kuhn, Ilco et Tracol. L’achèvement de la plupart des travaux a pu se faire en 2007, avec trois années d’avance sur le planning. La Commune a pris en charge tous les autres ouvrages liés au projet – la voirie, la centrale de cogénération alimentant les logements et commerces du Brill et les bâtiments communaux avoisinants (complexe scolaire Maria Teresa, centre sportif, maison communale). Une dernière étape du projet consistera à ériger, en tête de proue de la place centrale, la nouvelle maison communale. L’administration communale devrait pouvoir déménager dans ses nouveaux locaux début 2011. Le bâtiment qu’elle occupe actuellement deviendra alors partie intégrante de la Maison Relais.
Ce concept de quartier permet un brassage des générations et couches sociales, avec un réel partage de l’espace urbain et une architecture dépouillée et ouverte. L’intention est également de mettre à la portée des jeunes originaires de Mondorf des solutions d’habitat modernes et confortables. Par ailleurs, ce nouveau quartier se trouve à proximité du complexe scolaire G.-D. Maria Teresa. Inaugurée il y a 2 ans, cette structure intègre une crèche, une Maison Relais, ainsi que l’enseignement précoce, préscolaire et primaire. »

En quoi consiste le concept de résidence de service ?
« Le concept porte sur un ensemble d’appartements privatifs destinés aux personnes âgées qui se partagent un grand parc intérieur ainsi que plusieurs structures de services : un restaurant, une salle polyvalente, une conciergerie, un service de proximité « Hëllef Doheem ». Cet ensemble résidentiel répond notamment aux souhaits de nombreux habitants âgés de Mondorf qui, pour différentes raisons, ne pouvaient plus rester dans leurs grandes maisons, mais qui voulaient continuer à habiter dans la commune dans un logement privatif tout en bénéficiant de l’autonomie et de la sécurité d’une structure de service. »





Le nouveau quartier du Brill : brassage des générations et limpidité de l’architecture



Commune de Mondorf-les-Bains
Commune de Mondorf-les-Bains
Commune de Mondorf-les-Bains







Quelle importance revêt le patrimoine bâti de Mondorf-les-Bains ?
« Il subsiste encore à Mondorf un certain nombre de maisons centenaires caractéristiques de la grande époque du thermalisme. Dans le but de les sauvegarder, elles ont été inscrites dans l’inventaire du patrimoine bâti de la commune. »

Quelle place les considérations environnementales occupent-elles dans les objectifs de la Commune ?
« Mondorf a adhéré à l’Alliance pour le Climat, ce qui signifie que nous nous sommes engagés à tout mettre en œuvre pour réduire les émissions de CO2 sur notre territoire. Ainsi, pour tout ce qui est bâtiment public, nous optons d’office pour des constructions qui répondent à des critères de développement durable et qui font appel aux énergies renouvelables. Par ailleurs, nous incitons fortement les entreprises et les particuliers à investir en faveur de la performance énergétique et du respect de l’environnement. Cet encouragement se fait aussi bien sur le plan de l’information et de la sensibilisation que de l’attribution de subsides pour les équipements en énergies renouvelables. »

www.mondorf-les-bains.lu
www.mondorf.lu
www.casino2000.lu

Le Domaine Thermal : Une histoire d’eau


Commune de Mondorf-les-Bains
Au début du 19e siècle, sous le règne du Roi-Grand-Duc Guillaume 1er des Pays-Bas, un grand nombre de taxes néerlandaises étaient d’application au Luxembourg. Entre autres, la population se trouva exaspérée par la taxe exorbitante sur le sel en provenance du monopole batave. Les villageois se mirent donc à rechercher du sel gemme dans le sous-sol luxembourgeois. Avec cet objectif en tête, le notaire de Mondorf, Maître Ledure-Laiguier, suggéra vers 1840 d’effectuer un forage à une centaine de mètres du village, au pied de la colline du “Galgenberg”. Les travaux techniques de forage furent entamés en 1841. Après cinq ans d’efforts, et à une profondeur de 736 mètres, la tige du foret se brisa et les travaux furent arrêtés sans avoir trouvé le sel gemme convoité. Cependant, on avait découvert, à une profondeur de 451,5 m, une forte source tiède et richement minéralisée.

L’essor du thermalisme


Maître Ledure conseilla alors de faire de Mondorf une station curative et thermale. La « Société des Bains de Mondorf » fut constituée, un établissement thermal fut construit autour de la première source et les eaux y furent prises dès le début de la saison 1847. Le début du thermalisme allait changer la destinée du village. Rapidement, l’industrie hôtelière y prit un nouvel essor. La Société Privée des Bains embaucha des médecins renommés pour diriger l’établissement thermal, et une clientèle de marque fut attirée vers les thermes de Mondorf. La guerre de 1870 et l’annexion de l’Alsace et la Lorraine par l’Allemagne mirent un coup de frein brutal au succès grandissant de la jeune station.
En 1878, la cité balnéaire fut autorisée par arrêté royal grand-ducal à prendre officiellement la dénomination de Mondorf-les-Bains. En 1886, les installations en déclin furent rachetées par l’Etat Grand-Ducal. Bénéficiant de nouveaux investissements, la station thermale connut un renouveau presque miraculeux et fut dotée en quelques années de nombreuses constructions nouvelles, le pavillon de la source Kind, la Pergola, des salles de fêtes et de lecture, l’Orangerie et la première piscine couverte du pays. Au cours du 20e siècle, la station ne fut pas immune aux remous de l’Histoire, avec un ralentissement prononcé des activités lors de la Première Guerre mondiale et de la crise économique des années 30. En 1926 était inauguré le nouveau centre de cure, aujourd’hui connu sous le nom de « Al Thermen » (Anciens Thermes), conçu dans un style « Beaux Arts » par l’architecte de l’Etat, Paul Wigreux. La même année, le Palace-Hôtel, l’établissement le plus grand et le plus sélect du pays, ouvrait ses portes.
Commune de Mondorf-les-Bains
Madame Guillaume, curiste.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, l’occupant allemand continua à exploiter le «Staatsbad-Mondorf», sans veiller cependant à l’entretien des installations. L’établissement balnéaire et la localité connurent une prospérité relative, du fait qu’un grand nombre d’Allemands privilégiés venaient faire une cure à l’abri des alertes et des bombardements.

La modernisation des installations


Après l’Armistice de mai 1945, la station eut le privilège douteux d’héberger les 59 survivants de l’élite du 3e Reich. Au Palace-Hôtel, les alliés instruisirent, pendant 3 mois, le futur procès de Nürenberg.
Dans les décennies qui suivirent, l’Etat réalisa une série d’investissements pour améliorer les infrastructures et moderniser les installations thermales. C’est en 1958 que fut aménagée la roseraie du parc, avec la plantation de 10.000 rosiers de 250 variétés. La même année, on construisit aussi le pavillon «cafétéria» qui, avec sa belle terrasse, domine la roseraie.
En 1979, la Chambre vota à l’unanimité des voix le projet de loi autorisant la construction du nouveau centre thermal.
En 1979 aussi, les jeux de hasard ayant enfin été autorisés au Grand-Duché, la Société du Casino de Jeux du Luxembourg entama la construction de l’imposant bâtiment du Casino 2000.
En 1988 fut inauguré le nouveau centre thermal et de santé.
En 1998 furent entamés les travaux de rénovation (d’après le projet des architectes Nico Steinmetz et Arnaud de Meyer) des anciens thermes construits en 1925. L’inauguration des installations rénovées eut lieu en 2001.
En 2002, le décor intérieur de l’Orangerie fut entièrement retravaillé par l’architecte Jim Clemes qui avait déjà été à l’origine de la rénovation de ce bâtiment en 1986. En 2003 fut créé le jardin français en face de l’Orangerie.

Source : www.mondorf.lu

Le parc du Domaine Thermal



Commune de Mondorf-les-Bains
Commune de Mondorf-les-Bains
Commune de Mondorf-les-Bains
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu