Inscription à la newsletter :

Article publié le 3 novembre 2010 - Wunnen n° 21 - novembre-décembre 2010

05.02.2011

Le château de Bourglinster

Le patriarche de pierre

Le château de Bourglinster

On ne peut pas le rater. En descendant la route qui s’insinue entre forêts et formations rocheuses, on voit surgir soudain – comme sur un planche de bande dessinée ou comme dans une peinture romantique - le château médiéval avec le village à ses pieds. Devant ce coin de paysage qui semble oublié des temps, l’émotion est à chaque fois puissante et nouvelle. Mais outre le fait d’être l’un des bâtiments féodaux les plus remarquables et les mieux restaurés du Grand-Duché, le château de Bourglinster est également aujourd’hui une adresse incontournable sur la route gastronomique internationale, ceci grâce à la table savoureuse et inventive de René Mathieu, élu chef de l’année 2010 par Gault Millau.


Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Le château de Bourglinster
Planté sur un éperon rocheux de 350 mètres, le château fort de Bourglinster offre une vue imparable sur toute la région. Déjà à leur époque, les Romains avaient mis à profit cet emplacement stratégique en y érigeant un poste de guet pour observer une partie de la chaussée reliant Arlon à Trèves. Plus tard, le château servit comme avant-poste à la forteresse et à la ville de Luxembourg, permettant de surveiller le passage de la vallée de l’Ernz vers le Grünewald.

Les différentes phases de construction du château


Les parties les plus anciennes du château datent du 12e siècle. Bourglinster fait partie du domaine de « Linster » qui comprend aussi les localités d’Altlinster et de Junglinster.
Les registres historiques font mention d’un ancien château de plaine à Altlinster, qui fut abandonné au profit du nouveau château érigé sur le rocher. C’est probablement au moment de cette construction que se développa en parallèle la localité de Bourglinster. Ce premier château était constitué d’un donjon résidence, d’une chapelle romane et d’une enceinte. Vers 1450 furent construits la chapelle gothique et le bâtiment donjon du côté nord.
Le château inférieur (maison de Waldeck), avec fossé, portes fortifiées et deux tours de défense, fut édifié entre la fin du 14e siècle et le 15e siècle.
Entre 1542 et 1544, pendant les guerres entre Charles-Quint et François Ier, les deux châteaux furent partiellement détruits. Dès 1548, on procéda à la construction de l’aile Renaissance du côté sud, en maintenant une paroi du donjon résidence. L’aile nord fut ajoutée en 1583.
Suivit une nouvelle modification de la chapelle et de la tour d’angle du château inférieur. A partir de ce moment, la cour remplaça l’ancien donjon roman.
Entre 1682 et 1684, des parties du château inférieur furent de nouveau détruites par les troupes françaises du maréchal de Boufflers, pendant le siège de la Ville de Luxembourg.
Entre 1730 et 1750, les frères Mungenast aménagèrent la façade baroque du bâtiment central, au fond de la cour d’honneur. A cette époque, le château fort avait perdu définitivement sa vocation de défense. A partir de 1750 et jusqu’au 20e siècle, le château changea plusieurs fois de propriétaire et fut transformé en ferme.
En 1968, la propriété fut acquise par l’État luxembourgeois. Ce dernier entama un programme de consolidation, de réparation et de restauration du château qui se poursuivit jusqu’en 1988.
À partir de 1982, le château commença à accueillir des expositions, des cycles de concerts, des conférences et réceptions. Chaque année depuis près de 30 ans, l’association « Les Amis du Château de Bourglinster » organise un Festival de musique de chambre de renommée internationale. Par ailleurs, depuis la restauration des granges, des ateliers de métier d’art fonctionnent régulièrement dans l’enceinte du château. Des établissements renommés de gastronomie complètent l’offre depuis des années.

Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu