Inscription à la newsletter :

Article publié le 8 mai 2008 - Wunnen n° 7 - mai-juin 2008

08.05.2008

Commune de Wiltz

Cap sur l’avenir

Wiltz-Cap sur l’avenir



La ville de Wiltz se compose de deux parties : la ville-haute dominée par le château des comtes de Wiltz et la ville basse qui s’étend dans la vallée, sur les deux rives de la Wiltz. La ville s’est installée sur la route romaine menant de Tongres à Trèves. Le nom de Wiltz est d’origine celtique et signifie ‘près du ruisseau’. Le premier document mentionnant Wiltz date de l’an 764.

C’est une ville qui se mérite et se déguste. Il faut d’abord qu’on se calme avant de l’aborder. Wiltz est entourée d’un ‘tampon’ naturel qui oblige à la désaccélération. C’est comme ça, on ne peut pas y arriver en mode de très grande vitesse. D’abord, on prend son temps et on se laisse couler à travers les sinuosités de la route qui traverse un paysage sauvage de forêts et collines. Ensuite, on la découvre, belle et mystérieuse, enveloppée d’une douce lumière du jour, Wiltz, capitale des Ardennes luxembourgeoises (‘l’Ösling’), ville-jardin, ville-poème, ville-promenade qu’on croirait sortie d’un rêve de romantique.
Wiltz est une ville gorgée de nature, où rien ne semble forcé, artificiel, où tous les éléments se fondent harmonieusement pour créer un caractère et une ambiance uniques. C’est un réel bonheur de se promener – à pied – dans ses pittoresques ruelles qui montent et descendent, de se laisser bercer par les belles façades, les bâtiments à l’architecture remarquable, anciens et modernes, les monuments, les parcs, les eaux de la Wiltz qui traversent la ville basse, et partout, où qu’on soit, ces vues subtiles sur les prairies et les collines environnantes. Si cette ville a un auteur, on a envie de lui dire « bravo ! ». Et, pour ne rien gâcher au tableau, les habitants sont d’une gentillesse exquise !
C’est dans cet esprit d’émerveillement printanier que nous sommes venus nous entretenir avec le député-maire Romain Schneider, dans le magnifique bâtiment de l’Hôtel de ville.



Localités : Wiltz, Niederwiltz, Roullingen, Weidingen
Superficie de la commune : 1.937 ha
Superficie des bois appartenant à la commune : 303,83 ha
Population : 4.755 habitants



Cap sur l’avenir




« Les Wiltzois ont toujours su faire face à l’adversité avec courage et détermination. »






Pouvez-vous brièvement nous présenter votre commune ?

« L’environnement naturel est certainement le premier atout de Wiltz. Nous sommes au cœur des Ardennes luxembourgeoises. Wiltz combine le caractère rural avec les avantages et services d’une grande ville, au niveau des infrastructures, des administrations, de l’enseignement, des soins médicaux, de la culture. Depuis les années 1960, depuis notamment l’arrêt des tanneries, la ville a subi une profonde mutation, perdant petit à petit sa vocation industrielle. Elle se bat aujourd’hui pour préserver et renforcer sa vitalité commerciale et économique, face notamment à la concurrence des grandes surfaces installées dans la région. »

Comment décririez-vous le tempérament des Wiltzois ?
« Je dirais que les Wiltzois se caractérisent par leur franchise et une façon très pragmatique de voir les choses, ce qui probablement est à relier autant avec les racines paysannes qu’avec le passé industriel de la ville. Les Wiltzois ont toujours su faire face à l’adversité avec courage et détermination, comme le prouve leur attitude pendant les années noires de la Deuxième Guerre mondiale. C’est à Wiltz qu’a débuté, en 1942, la grève générale au Luxembourg contre la décision de l’enrôlement de force, cruellement réprimée par l’occupant nazi. Plus tard, pendant l’hiver 1944-1945, la bataille des Ardennes a dévasté Wiltz à hauteur de 80%. Mais les Wiltzois ont travaillé dur pendant l’après-guerre pour reconstruire leur ville et se forger un nouveau cadre de vie. »



Château de Wiltz

Le château de Wiltz


Construit sur une crête rocheuse, le château fut détruit à plusieurs reprises au cours du Moyen-Âge. La construction du bâtiment actuel de style Renaissance fut entamée en 1631. Cependant, la guerre de Trente Ans, les sièges, la famine et les épidémies retardèrent les travaux qui ne furent achevés qu’en 1720. Le bâtiment principal du château abrite aujourd’hui une maison de retraite. Le reste du domaine rassemble le musée des Arts et Métiers anciens, le musée de l’Art brassicole et un musée de la bataille des Ardennes. Depuis les années cinquante, l’escalier monumental vers le jardin et la façade du château servent de scène au Festival européen de Théâtre en plein air et de Musique de Wiltz.




Quelles ont été vos priorités ces dernières années en matière d’investissements en infrastructures et équipements publics ?
« Nous avons voulu moderniser la ville et faire en sorte qu’elle puisse pleinement jouer son rôle de centre régional tel que l’a défini l’IVL. La commune dispose aujourd’hui d’infrastructures scolaires et sportives adaptées aux besoins de sa population. Inauguré en 2004, le nouveau Centre scolaire et sportif est un très beau complexe abritant l’enseignement précoce, préscolaire et primaire, et comprenant également la Maison Relais (cantine, structures d’accueil). L’impressionnante structure du Lycée du Nord, actuellement dans sa 2e phase d’agrandissement, accueille des élèves venant de toutes les localités de la région. D’autres projets visent l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées et des soins hospitaliers. Il est envisagé de moderniser la clinique Saint Joseph de Wiltz, ceci dans la perspective d’une fusion avec l’hôpital Saint Louis d’Ettelbrück. L’objectif est de créer un grand centre médical pour tout le Nord du Grand-Duché. La réalisation de cette fusion assurera également la stabilisation de 250 emplois dans l’actuelle structure. Le nouveau CIPA (Centre intégré pour personnes âgées), d’une capacité de 120 lits, devra être inauguré fin 2009. Les installations du Château de Wiltz, qui fonctionnent actuellement comme maison de retraite, seront alors disponibles pour un nouvel usage. Un projet est actuellement à l’étude prévoyant la transformation du château en un complexe à vocation culturelle et touristique, avec entre autres l’idée d’y rassembler tous les musées de la ville. C’est un projet d’une certaine ampleur qui supposera un apport de l’Etat en termes d’investissement. Nous aimerions, à terme, faire en sorte que le centre de la ville haute devienne une grande zone de détente, englobant le château, la Grand-Rue, et différentes rues adjacentes. »

Quelle a été l’évolution de la population ces dernières années, et quelle évolution prévoyez-vous ?
« La population a régulièrement augmenté depuis les années 1970, atteignant actuellement 4.755 habitants, avec un grand mélange de cultures et nationalités (47% des habitants sont non-luxembourgeois, représentant 52 nationalités). Au moyen du nouveau PAG, nous souhaitons permettre la création de nouveaux lotissements, ceci afin de proposer des solutions d’habitation à tous ceux qui, dans les prochaines années, vont venir travailler à Wiltz dans le contexte des nouvelles structures d’enseignement et de l’hospitalier.
La mixité d’habitation de ces nouveaux quartiers nous semble primordiale, en vue d’une bonne cohésion sociale. »



CWIltz - Reenert

Un hommage au ‘Reenert’


La ville de Wiltz est très attachée à l’un des plus grands écrivains nationaux luxembourgeois, Michel Rodange. C’est pendant les années qu’il a vécues à Wiltz que Rodange a écrit son œuvre la plus connue, le poème épique ‘Reenert’, une œuvre inspirée du ‘Reineke Fuchs’ de Johann Wolfgang von Goethe. Sa maison (aujourd’hui café Reenert) a été ornée en 1927, à l’occasion de son centenaire, d’une plaque commémorative. Par ailleurs, un itinéraire culturel en l’honneur du poète a été aménagé en 1997 dans le parc Reenert, présentant des éléments sculpturaux et des jeux d’eau.

Quelle attitude adoptez-vous vis-à-vis de la préservation du patrimoine ?
« Notre volonté est de préserver le mieux possible le patrimoine historique et naturel de la commune. De là notre intérêt de donner un nouveau souffle de vie au château, ou de trouver un moyen de revaloriser les anciennes friches industrielles. Beaucoup d’anciennes belles bâtisses ont été restaurées et accueillent des administrations nationales ou des entités communales (le Bureau régional de l’Inspectorat, les services de la Croix Rouge, l’école de musique, etc.). Il est également important de conserver le cachet de certaines rues et maisons construites dans le contexte de la dynamique industrielle de l’après-guerre. »

Que peut-on dire sur le développement touristique de la commune, située dans un environnement naturel aussi favorable ?
« Wiltz possède déjà une excellente réputation dans les domaines culturel et touristique. Mais il nous faut constamment réfléchir à la meilleure façon de la dynamiser et de la rendre encore plus attrayante sur le plan national et international. Nous souhaitons ancrer Wiltz encore plus fortement dans la région des Ardennes, et c’est pourquoi nous allons adhérer en tant que Commune au Parc naturel de la Haute-Sûre. Par ailleurs, nous avons décidé de doter la ville d’un ‘City Manager’, poste occupé depuis le 1er avril par Madame Katarina Scheer. Madame Scheer travaillera sur l’identité et le marketing de la ville, sur la meilleure façon de donner envie à un maximum de personnes de venir nous rendre visite. Il nous tient à cœur également de revaloriser les nombreux commerces locaux. D’autre part, le camping de Wiltz fait actuellement l’objet d’un réaménagement, avec l’objectif de le doter d’infrastructures modernes et de meilleure qualité. »

Qu’en est-il du rayonnement culturel de Wiltz ? Ne souffrez-vous pas d’un certain éloignement géographique par rapport au reste du pays ?
« En réalité, notre situation est privilégiée, en plein cœur d’une région naturelle préservée. Le cadre romantique des Ardennes ainsi que le bâti de la ville mettent encore plus en valeur nos manifestations culturelles. Il faut citer, bien sûr, la formidable aventure du Festival européen de théâtre et de musique en plein air, qui cette année en sera à sa 56e édition. C’est un festival de réputation internationale qui présente pour la ville une importance culturelle, touristique et économique considérable. Il est à noter que, malgré la multiplication depuis quelques années de l’offre culturelle de la capitale et du sud du pays, le Festival de Wiltz continue d’attirer un grand public de passionnés de théâtre et de musique, de l’ordre de 15.000 visiteurs chaque année. Il faut absolument saluer le travail dévoué de l’association de bénévoles qui est derrière l’organisation de cette manifestation prestigieuse. Toujours dans le domaine culturel, nous constatons avec satisfaction le vif succès du centre socioculturel, le ‘Prabbeli’, installé depuis 2003 dans les locaux restaurés de l’ancienne brasserie Gruber. »



Jardins de Wiltz

Le Jardin de Wiltz


Le Jardin de Wiltz, situé à côté du centre ‘Prabbeli’ , constitue une œuvre d’art vivante de 2,5 ha, composée de plantations, terrassements, cours d’eau, sculptures, chemins et champs de pierre. Il s’agit d’un projet de l’Asbl Coopérations cofinancé par la Commission européenne visant à l’intégration sociale, culturelle et professionnelle des personnes handicapées. Ce ‘jardin d’art’ a été aménagé, et est entretenu, par des personnes handicapées, des chômeurs de longue durée, des participants d’ateliers temporaires, des artisans et des artistes. Le jardin est ouvert toute l’année au public.

Cherchez-vous aussi à redynamiser la ville dans un sens commercial et industriel ?
« Certainement. Il est prévu par exemple d’agrandir la zone d’activités Salzbaach du Syndicat Wiltz -Winseler qui s’est fortement développée ces dernières années. L’une des missions du City Manager, comme mentionné précédemment, consiste à mettre en valeur les attraits des commerces locaux. Par ailleurs, nous misons beaucoup sur la création d’un grand espace multifonctions sur l’emplacement des anciennes friches industrielles. Un masterplan est en cours d’élaboration qui devra encore être discuté avec les différents ministères compétents. Il va sans dire que ce projet ne pourra être réalisé que sur base d’un engagement ferme de la part de l’Etat. »

www.wiltz.lu
www.festivalwiltz.online.lu
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu