Inscription à la newsletter :

Article publié le 9 juin 2010 - Wunnen n° 19 - juin-juillet-août 2010

01.07.2010

Un chemin tranquille vers l’avenir

Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure

Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Un village perdu au milieu d’une nature dense et mystérieuse. Un agrégat de maisons blotties autour d’un château-fort en sommeil. Une rivière sinueuse qui, tel un serpent, dans l’un de ses méandres, s’empare du site. Au fond de sa vallée, ceinte de collines boisées, Esch-sur-Sûre est l’une des localités les plus envoûtantes du pays. Postée autour de son éperon rocheux, elle semble être à l’écoute, depuis la nuit des temps, des forêts et des légendes.

Esch-sur-Sûre, c’est à la fois la nature, le legs de l’histoire, les innombrables activités de loisir autour du lac, les produits du terroir issus du Parc naturel de la Haute-Sûre, le barrage et l’eau potable qu’il génère pour une grande partie du territoire grand-ducal. C’est une destination de promenade et de randonnées. Une bourgade de 300 habitants, qui lors de manifestations telles que le « Nuetsmaart » accueille plusieurs milliers de visiteurs.
Le bourgmestre Gilles Kintzelé nous parle d’Esch-sur-Sûre, une localité qui unit les hommes et la nature dans un même élan vital.
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure




« ... une volonté de créer une expérience de qualité de vie et d’économie basées sur l’utilisation raisonnée des ressources naturelles. »



Gilles Kintzelé, Bourgmestre d’Esch-sur-Sûre




Wunnen : Les trois communes, Esch-sur-Sûre, Heiderscheid, et Neunhausen vont fusionner bientôt…
Gilles Kintzelé : La décision est prise, elle a été approuvée lors d’un référendum par une grande majorité des populations, et le Conseil du Gouvernement a donné son aval. Ce n’est plus qu’une question de temps pour que la fusion devienne effective. La nouvelle commune portera le nom de Esch-sur-Sûre, mais son siège se trouvera à Eschdorf.

Comment les habitants appréhendent-ils ce mariage ?
Les avantages de la fusion sont compris par tout le monde. La nouvelle administration pourra servir les citoyens avec plus d’efficacité, grâce à une plus grande disponibilité du personnel et une optimisation des outils techniques. Par ailleurs, nous bénéficierons d’importants subsides de l’Etat pour la réalisation de projets d’infrastructure et la création de services. Des aides qui ont déjà été votées et qui sont donc acquises, malgré les mesures d’austérité qui entre-temps ont été annoncées. Les projets subventionnés portent entre autres sur la construction du nouveau bâtiment communal à Eschdorf et d’un centre culturel à Insenborn, qui sera appelé le « Séicenter », ainsi que sur différents travaux d’infrastructure, notamment la mise en place à Esch-sur-Sûre d’un parking souterrain, afin de libérer le village de la circulation automobile.



Pour la revitalisation du village


Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Situé à l’entrée du village, en bordure de rivière, le magasin « Schmaach ëm de Séi a méi » comprend une épicerie, un « Kaffi-Stuff », une boulangerie-pâtisserie ainsi qu’un magasin de souvenirs. Sont ici à l’honneur les produits régionaux labellisés « Vum Séi » et ceux issus d’autres parcs naturels, de producteurs luxembourgeois et de producteurs de la grande région. Aménagé selon un concept original et accueillant, dans le bâtiment de l’ancien Hôtel des Ardennes, le centre d’achats a pour objectif de redynamiser le commerce local, tout en s’inscrivant dans un esprit de développement durable. Le slogan de l’entreprise est clair : « Pour nos enfants et le futur ».
www.emdeseiamei.lu


Quelques mots sur la composition de la population…
La population est assez hétéroclite, malgré sa petite taille. Il y a, d’une part, ceux qui sont originaires de la région, parmi lesquels un certain nombre de personnes âgées. Et il y a, d’autre part, les ménages et familles qui ont emménagé il y a quelques années, en provenance de tous les horizons. On en arrive ainsi à une population de 320 personnes représentant 27 nationalités différentes.

Vu du ciel, le village fait penser à une cellule assez conviviale…
C’est un petit village, où les gens habitent très près les uns des autres. Forcément, ils se connaissent et se voient, avec les aspects positifs et moins positifs que cela implique.
Ici, on est loin de l’anonymat des grandes villes. On partage un même espace, un même désir d’épanouissement.

Avec ces paysages d’une richesse incroyable, le tourisme semble une évidence…
En effet, le principal axe de développement pour Esch-sur-Sûre se situe dans le domaine du tourisme. Au-delà de cet objectif, il y a aussi une volonté de créer une expérience de qualité de vie et d’économie basées sur l’utilisation raisonnée des ressources naturelles.
Quoi qu’il en soit, le but pour tous ceux qui travaillent ici est simple : il faut attirer les touristes et les visiteurs, les accueillir avec chaleur et leur donner envie de revenir. Pour cela, tous ont compris qu’il est vital de travailler ensemble, d’unir nos idées et nos moyens. Nous avons ainsi travaillé à la création d’une image globale, unecorporate identity » en quelque sorte, afin de faciliter la communication vers l’extérieur et renforcer l’attrait de notre offre régionale. Les associations organisent plusieurs manifestations au cours de l’année. Par exemple, le « Nuetsmaart » début août attire entre 10 et 15 mille personnes. La « Nuit des légendes » en juin, propose un programme culturel dans l’enceinte du château comprenant différents spectacles, danse, contes, théâtre, musique, feu d’artifice … On peut aussi citer parmi les événements pittoresques de la ville, la course des garçons de café ou les tournois de pêche et de pétanque.



Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure

Tout ce qui fait l’eau du robinet


Le barrage a été construit dans les années 50. Il est d’une hauteur de 47 m et d’une épaisseur de 4,50 m. La station de traitement des eaux Sebes a été construite en 1969. L’ouvrage est placé sous le contrôle de l’Administration des ponts et chaussées, la gestion étant assurée conjointement par la centrale hydro-électrique et par le Sebes.
La station peut être visitée sur rendez-vous, en groupe ou en individuel.
www.sebes.lu



Nombre de ces manifestations tournent autour du mystère des lieux…
C’est un lieu magique, qui mêle nature, histoire et anciens monuments. Il stimule l’imagination et donne envie de raconter ou d’écouter des histoires…

Comment une bourgade de 300 habitants arrive-t-elle à mettre sur pied des événements festifs de portée nationale ?
Justement, en unissant les apports de tous : les associations, les commerçants, les restaurateurs et cafetiers, les responsables communaux. On invite également les associations des villages voisins. L’important est de faire en sorte que les événements soient réguliers et qu’ils présentent un intérêt réel aux yeux d’un public venant des autres régions du Luxembourg ainsi que de l’étranger.

Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure
Esch-sur-Sûre : le mystère a la peau dure

La laine à l’honneur


La Maison du Parc naturel de la Haute Sûre est installée dans les locaux d’une ancienne draperie restaurée. On peut y trouver des informations et une exposition permanente sur la région et ses habitants ainsi que différents projets liés à la réserve naturelle. Le bâtiment abrite également un musée vivant consacré à la fabrication de textiles. Les anciennes machines restaurées sont utilisées pour des démonstrations de fabrication artisanale de drap, assurant même une production à petite échelle de couvertures en laine, vendues sous le nom de « Duch vum Séi ».
Visites guidées sur réservation - tél. : 89 93 31 - 1 - www.naturpark-sure.lu


Que pouvez-vous nous dire sur les anciennes maisons du village ? Elles ont du caractère…
Certaines maisons ont été construites au 19e siècle, ce sont des maisons de type ouvrier où logeaient ceux qui travaillaient dans les industries de tannerie et draperie de l’époque. Subsistent également des bâtisses à caractère rural, dont certaines datent du 17e siècle. Ce sont des maisons avec pignon sur rue, entre lesquelles on laissait un petit espacement, parce qu’on voulait éviter le risque de propagation de feu en cas d’incendie. Ces petites ruelles ont été préservées et on peut les traverser encore aujourd’hui.

Un village aussi pittoresque fait certainement l’objet d’une protection particulière ?
Différents immeubles sont sous protection communale. Cependant, la législation en vigueur ne permet pas de classer un village dans son entièreté. Plusieurs bâtiments ont bénéficié de restaurations réussies associant l’ancien et le nouveau. Des travaux sont en cours pour stabiliser l’ancien mur des remparts. Nous avons terminé le nouveau plan d’aménagement général (PAG). Un plan d’aménagement particulier a été élaboré afin de sauvegarder tout le vieux centre, définissant les hauteurs des corniches, les types de fenêtres, etc. Nous avons également produit une digitalisation en 3D du village, de façon à pouvoir correctement évaluer les effets d’une transformation ou d’une nouvelle construction sur l’homogénéité de l’ensemble.
www.esch-sur-sure.lu

Les rendez-vous de l’année


Consultez sur www.esch-sur-sure.lu , les prochains grands rendez-vous d’Esch-sur-Sûre. A noter en particulier la « Nuit des légendes », le 26 juin, et le « Nuetsmaart » le 7 août.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu