Inscription à la newsletter :

Article publié le 3 novembre 2010 - Wunnen n° 21 - novembre-décembre 2010

19.11.2010

édito

Une petite pièce apportée à l’édifice

édito - Une petite pièce apportée à l’édifice
Le respect de l’environnement. Dit comme cela, c’est magnifique. C’est une pensée très belle. Mais cette appellation ne peut pas être qu’un argument de marketing, une belle formule sur l’étiquette. La préoccupation écologique exige de réfléchir à un ensemble de facteurs. Il faut de la connaissance, de la compréhension, du discernement. Lire les modes d’emploi, les livres, les revues, et interroger les spécialistes.
Ainsi, dans le contexte de l’habitat, quand on construit ou rénove, il convient de se faire conseiller, d’établir des diagnostics, d’élaborer un projet global et pertinent, et non pas de partir dans une course à l’achat d’installations au cas par cas. On risquerait d’acheter des machines très sophistiquées, performantes, mais qui, appliquées de façon superficielle, pourraient tourner à vide. Une pompe à chaleur, par exemple, souvent présentée comme un équipement écologique, ne l’est vraiment que si elle fait partie d’un concept logique et cohérent. En effet, premièrement, il ne faut pas négliger le fait que le « moteur » de cet équipement reste une énergie fossile, en général de l’électricité. Par conséquent, si la pompe à chaleur est « sur-sollicitée », par exemple dans une maison mal isolée, mal orientée, on augmentera la consommation électrique et on créera de la chaleur en quantité qui très vite s’échappera dans la nature… Quant à la domotique, qui a longtemps été perçue comme un ensemble de gadgets high-tech inaccessibles pour le commun des mortels, elle s’affirme de plus en plus comme un outil important pour une bonne gestion de l’énergie. De nouveau, cette technologie ne prend véritablement son sens « écologique » que dans le cas de maisons mûrement réfléchies sur le plan de la consommation d’énergie.
Ce n’est pas l’équipement tout seul qui compte, ce n’est pas seulement le label « environnement » qu’on achète, ce qui compte c’est de savoir ce qu’on fait. Un investissement cohérent doit servir à quelque chose, à fournir du confort et du bien-être, par exemple, mais aussi à contribuer à la vision d’un monde mieux préservé. Un seul individu qui contribue, ce n’est peut-être pas grand-chose au regard de la planète qui souffre, ce n’est peut-être qu’une petite pierre apportée à l’édifice, mais, comme on dit, beaucoup de petits cailloux font la montagne.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu