Inscription à la newsletter :

Article publié le 7 décembre 2007 - Wunnen n° 4 - décembre-janvier 2007

07.12.2007

Voyage en terre fertile

Commune d’Ettelbruck

Commune d’Ettelbruck
Située au confluent de trois rivières, la Sûre, l’Alzette et la Wark, Ettelbruck est la ville de tous les croisements. Elle est le pivot des grandes voies de communication routières et ferroviaires qui relient le nord et le sud du pays. Elle est aussi un territoire où se côtoient une grande variété d’idées, d’activités et de personnes. Dans l’animation de ses rues piétonnes, étudiants, seniors, commerçants, médecins, artistes, employés, ouvriers, se mélangent dans une cohabitation décontractée.

À Ettelbruck, ville centenaire, les temps et les âges s’imbriquent subtilement. Passé, présent et avenir semblent se donner la main pour s’ouvrir au monde et à la vie. Saccagée pendant les années de guerre, la ville a su se reconstruire moralement et matériellement. Si les traces de la guerre et des souffrances que celle-ci a engendrées restent visibles, le passé est perçu comme quelque chose de vivant, un bagage que l’on ne peut oublier, indispensable pour trouver ses repères, pour aller de l’avant et innover, tout en cultivant des valeurs humaines comme l’endurance, l’espoir, la tolérance, le dialogue.
Cette vision ouverte, dynamique et positive est joliment illustrée par une fresque murale qui a été dessinée par des écoliers dans un passage souterrain près de l’Hôtel de Ville.
Mais Ettelbruck aujourd’hui, ce n’est plus seulement une histoire de ville à caractère. Son avenir apparaît en effet fortement lié au développement régional dans le cadre de la Nordstad qui associe six communes - Bettendorf, Colmar-Berg, Diekirch, Erpeldange, Ettelbruck, Schieren – dans une même vision de l’avenir.



Commune d’Ettelbruck


Ettelbruck : terre fertile
La désignation ‘Ettelbruck’ provient du mot indo-germanique ‘Atilbriga’ qui signifie terre fertile.
Localités : Ettelbruck, Grentzingen, Warken
Canton de Diekirch
District de Diekirch
Surface : 1.500 hectares
Habitants : 7.650
Ménages : 3.090

Jean-Paul Schaaf, bourgmestre d'Ettelbruck





« Nous sommes une génération d’héritiers, et notre avenir sera construit par nos enfants. »


Jean-Paul Schaaf, bourgmestre de la commune d’Ettelbruck



Hôtel de Ville, Ettelbruck
Le majestueux édifice de l'Hôtel de Ville, centenaire comme la ville
Wunnen : ‘Atilbriga’, le mot d’origine indo-germanique qui est à la base de la désignation Ettelbruck, signifie ‘terre fertile’. Cette qualification vous semble-t-elle correspondre à la réalité et à l’esprit de votre commune ?
Jean-Paul Schaaf : « Ettelbruck est plus que jamais une ‘terre fertile’, et cela dans plusieurs domaines. Ettelbruck est plusieurs choses à la fois : un centre commercial avec 200 magasins, un centre médical avec l’Hôpital Saint-Louis - le plus grand hôpital du Nord - et le CHNP (Centre hospitalier neuropsychiatrique), un centre culturel avec le CAPe (Centre des arts pluriels) et le Conservatoire de musique, un centre scolaire avec cinq écoles post-primaires (Lycée technique, Lycée technique agricole, Lycée privé Ste Anne, Lycée technique pour professions de Santé, CNFPC – Centre national de formation professionnelle continue) et plus de 3.000 étudiants, un centre ferroviaire avec une gare qui est en passe de devenir la deuxième gare du pays en termes de voyageurs. La commune est une terre fertile avec des perspectives en espace pour des lotissements futurs, et un grand potentiel de développement régional dans le contexte de la Nordstad. »

Quels sont les atouts de la commune en matière de développement touristique, économique et culturel ?
« Nous avons un déficit en chambres d’hôtel, mais un excellent camping ainsi qu’une offre variée en bonne restauration. La ville ne compte qu’un seul musée (le musée Patton), mais plusieurs autres musées très intéressants se trouvent à Diekirch. Ettelbruck jouit d’une situation centrale dans le pays, à 35 km à peine de Luxembourg et bénéficiant d’un accès facile aux différents parcs naturels du Nord. Le développement économique est quelque peu freiné faute d’espaces pour les entreprises artisanales et industrielles. Une bonne perspective se dessine actuellement dans le contexte d’une nouvelle zone d’activités de 27 hectares qui sera créée et gérée par les 6 communes de la Nordstad. L’intention est de donner de nouvelles possibilités d’expansion aux sociétés industrielles et artisanales qui se sentent un peu à l’étroit dans leurs installations, et qui peuvent difficilement disposer de plus de surface sur les terrains actuels. En se délocalisant sur la nouvelle zone d’activités, ces entreprises libéreront aussi des locaux et des terrains qui pourront servir à des fonctions d’habitation, de commerce et de services.
Pour ce qui est de la culture, nous constatons avec bonheur que le CAPe a acquis un rayonnement culturel de qualité et de renommée. C’est parfait ! »




Centre des Arts Pluriels - Ettelbruck

Le CAPe : en avant la culture


Le Centre des Arts Pluriels Edouard Juncker est un ensemble architectural abritant à la fois un centre culturel ouvert à l’automne 2000 (CAPe a.s.b.l) et le site local du Conservatoire de Musique du Nord (lequel regroupe les deux anciennes écoles de musique de Diekirch et d’Ettelbruck et continue à fonctionner sur ces deux sites). Le CAPe a pour objectif d’être un pôle de diffusion culturelle professionnel pour le Nord du Grand-Duché de Luxembourg. Il propose chaque saison entre 60 et 80 manifestations, et ce dans toutes les disciplines d’expression artistique : musique classique ou contemporaine, jazz, musique du monde, opéra, opérette, théâtre en français, allemand ou luxembourgeois, cabaret, danse, pantomime, expositions. Le Centre des Arts Pluriels est un imposant bâtiment conçu par l’architecte Henri Jonas qui emprunte les éléments fondamentaux du ‘style international’ que créa Le Corbusier : pilotis, plans libres, béton brut, ouvertures horizontales. L’impressionnante qualité de ses équipements, sa situation en plein cœur de la ville, la proximité de 400 places de parking gratuit, de nombreux cafés et restaurants ainsi que d’un centre-ville doté de très nombreux commerces, l’axe autoroutier qui met Luxembourg-Ville à 30 minutes d’Ettelbruck, tous ces atouts font du CAPe une plateforme vitale pour l’apprentissage de toutes les formes musicales et pour la diffusion et la création artistique.
www.cape.lu




Poursuivez-vous une politique d’expansion en termes de population ?
« Notre nouveau PAG (plan d’aménagement général) prévoit des terrains supplémentaires pouvant faire augmenter la population de 7.650 à 10.000 habitants d’ici 2020. Au-delà de cette date, je n’ose pas faire de pronostics. Quant à la Nordstad, elle compte aujourd’hui 23.000 habitants. La population pourra croître à 30.000 d’ici 2020. 7.000 nouveaux emplois sont visés. »

Les habitants participent-ils à la vie de la commune?

« Ettelbruck compte 89 clubs, dont 24 constituent des associations sportives. Il y en a pour tous les goûts ! Les clubs ont d’ailleurs des membres qui proviennent de toute la région. La commune dispose également d’une Maison des jeunes, le ‘Ettelbrecker Jugendhaus’, ainsi que d’un Club Senior. Un centre de Jour et un CIPA pour personnes âgées complètent le tableau. »

La ville d’Ettelbruck est caractérisée par quel type d’habitat ?
« La périphérie se caractérise par des quartiers avec des maisons individuelles. Par contre, le centre se remplit de plus en plus de résidences et d’appartements. Ce qui s’explique par le renchérissement du prix des terrains. »

Comment appréhendez-vous l’impact de la Nordstrooss sur la commune ?
« La Nordstrooss Fridhaff – Mersch a apporté un contournement à la localité d’Ettelbruck, ce qui a constitué un véritable soulagement pour la population et ce qui a également permis de créer la zone piétonne. Par ailleurs, la liaison avec le Luxembourg s’en est trouvée facilitée. La finalisation de la Nordstrooss est une arme à double tranchant : mieux joindre Luxembourg est utile, mais cela peut aussi freiner la décentralisation étatique et commerciale vers le Nord. Les investisseurs peuvent se dire : « au lieu d’investir au Nord, les clients peuvent facilement venir vers nous au centre ». Il faut donc à tout prix renforcer la masse critique et l’attractivité de la Nordstad. »

Ettelbruck jouit-elle d’un bon réseau de transports publics ?
« Actuellement, 25 bus passent par heure à Ettelbruck. Les moyens de transport publics sont parfaitement au point. Nous avons le premier City Bus du pays qui relie régulièrement les différents quartiers et localités de la commune. Nous comptons travailler au sein de la Nordstad afin de redéfinir l’offre du transport interne dans la région. »

La Commune s’investit-elle en tant que maître d’ouvrage pour des lotissements nouveaux ?
« Non. Nous n’avons malheureusement pas de terrains à lotir. Et nous n’avons pas les moyens financiers ni le personnel nécessaire pour agir de la sorte. »

Des conditions particulières sont-elles posées aux promoteurs privés pour leurs réalisations ?
« Nous visons une mixité dans les nouveaux lotissements (appartements et maisons), des zones 30 km/h, l’entreposage des eaux de surface (mesure anti-crue), l’aménagement d’aires de jeux et de chemins piétonniers entre les quartiers. »


La Nordstad : six communes allient leurs forces


Gare d’Ettelbruck
Le 26 avril 2006, les six communes de la Nordstad - Bettendorf, Colmar-Berg, Diekirch, Erpeldange, Ettelbruck et Schieren - ont signé avec l’Etat la ‘Convention pour un développement intercommunal coordonné et intégratif des communes de la Nordstad’. Les objectifs de la convention sont :
  • la coordination des actions en vue d’un développement urbain concerté et équilibré
  • la promotion de la compétitivité économique et l’emploi
  • l’amélioration de la cohésion économique et sociale
  • le respect de l’environnement naturel
  • l’amélioration du transport et des réseaux à l’échelle régionale, nationale et européenne
  • la promotion du développement et de la qualité de vie.
La Nordstad doit devenir un ‘Service provider’ pour la région du Nord, de façon complémentaire à la capitale et à la ville d’Esch-sur-Alzette. Une des priorités de taille consiste en la création de structures urbaines qui permettent de limiter les déplacements et d’encourager l’utilisation des transports en commun.

En ce qui concerne le développement de l’habitat, la volonté est de construire dans les vallées et non sur les hauteurs qui doivent rester des sites naturels préservés. La priorité sera donnée à une certaine densification des zones urbaines centrales déjà établies.
La Nordstad, à défaut d’avoir une personnalité juridique, constitue déjà une sorte de table autour de laquelle les responsables politiques et techniques peuvent s’asseoir pour discuter des tenants et aboutissants du développement intercommunal et régional.
www.miat.public.lu
www.nordstad.org


Quelle importance la Commune accorde-t-elle à la préservation et valorisation de son patrimoine architectural ?
« Le centre-ville autour de l’église est classé secteur sauvegardé. Les façades doivent être préservées. Quelques bâtisses comme celle de l’Hôtel de Ville, qui est centenaire, sont classées par le service des Sites et Monuments. Plusieurs autres endroits sont également protégés. Notre règlement des bâtisses empêche des constructions qui ne respectent pas les hauteurs de bâtiments voisins. »

Ettelbruck a été fortement marquée par la Seconde Guerre mondiale.
Comment considérez-vous cet héritage de la mémoire qui vous a été confié ?

« Nous ne fêtons plus le Remembrance-Day d’antan avec des parades de troupes et démonstrations. Les troupes alliées sont devenues rares et ne participent plus à ce type de manifestations. Notre musée Patton fait beaucoup d’efforts pour améliorer le savoir sur la Seconde Guerre. Personnellement, il me semble très important de préserver la mémoire historique. Nous devons toujours nous rappeler que la paix n’est pas le fruit du hasard, mais qu’elle résulte d’un effort humain constant et par moments courageux. Nous devons chaque jour faire notre effort particulier pour assurer la paix dans les relations qui nous concernent. La mémoire permet aussi de comprendre la nécessité d’une Europe unie et d’une organisation comme l’OTAN. »

Le centenaire de la Ville d’Ettelbruck : quelles réflexions cette célébration suscite-t-elle en ce qui concerne le passé, le présent et l’avenir de la ville ?
« En analysant le contexte de 1907, on comprend que tout est le fruit du travail. Nous sommes une génération d’héritiers, et notre avenir sera construit par nos enfants. Connaître l’évolution de la commune, c’est comprendre les efforts des générations précédentes. Le centenaire a été l’occasion de fête et de manifestations diverses. C’est un événement qui a permis de rassembler les citoyens et, j’espère, de donner courage pour la construction commune de notre avenir. Cet avenir sera fortement marqué par le projet de la Nordstad. Le développement sera coordonné et organisé, et la collaboration régionale battra son plein. »

www.ettelbruck.lu
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu