Inscription à la newsletter :

30.11.2020

Communiqué de presse

La Commune de Sanem dévoile les lauréats de son appel à projets

Un pavillon récréatif pour célébrer l’histoire de la source Bel-Val

Vendredi 27 novembre, la Commune de Sanem a dévoilé les résultats du concours pour le pavillon de la Source Bel-Val. Le premier prix a été décerné au binôme bebunch/ Laura Mannelli. La Source Bel-Val constitue l’une des « success stories » les plus méconnues de l’histoire du Luxembourg. Située sur le territoire de la commune de Sanem, la source a été l’objet d’une exploitation entre 1893 et 1935, qui connut une résonance mondiale. La source a été redécouverte entre 1999 et 2000, lors des travaux de sondage sur les friches industrielles de Belval. Pendant plusieurs années, elle n’était perceptible qu’à travers un grillage qui permettait d’observer l’écoulement de ses eaux. A l’horizon de Esch2022, les responsables communaux ont élaboré plusieurs projets pouvant participer à cette Capitale européenne de la culture, axée sur la redécouverte du patrimoine du Luxembourg sous toutes ses formes et facettes. Parmi ces projets, il a été jugé opportun de redonner ses lettres de noblesse à l’histoire de la source Bel-Val à travers la création d’un pavillon récréatif » - le Pavillon de la Source Bel-Val.
La construction de ce pavillon se fera au coeur du parc « Um Belval », à 200 mètres de distance de l’endroit où la source jaillit toujours dans le sol, à l’intersection du Boulevard de la Recherche et du Boulevard du Jazz.
En juillet 2020, la Commune de Sanem, en collaboration avec Services for Creatives lançait un appel à projets sous forme d’une consultation rémunérée, invitant plusieurs jeunes bureaux d’architectes à plancher sur une conception de pavillon, avec un cahier des charges déterminé. Afin d’assurer le volet « scénographique » du pavillon, il a été demandé à chaque architecte de s’associer avec un scénographe, designer, artiste ou autre créatif. Sur les cinq bureaux qui étaient invités au départ, quatre ont remis un projet au jury. Celui-ci s’est réuni le 11 novembre pour les délibérations finales.

Les quatre binômes participants étaient :
- 2001 avec NJoy
- bebunch avec Laura Mannelli
- Formsociety avec Serge Ecker
- Etienne Duval- Pauline Lacord avec Julie Marthe Hoffmann.

Le jury était composé de :
• Simone Asselborn-Bintz, Bourgmestre de la Commune de Sanem
• Fernand Heischbourg, ingénieur, chef de service technique projet, Commune de Sanem
• Nadine Dording, architecte, service de l’urbanisme et du patrimoine immobilier, Commune de Sanem
• Sala Makubundu, architecte associée CBA Architectes
• Beate Heigel, architecte chef de projet, Agora
• Louis Bestgen, en charge de la scénographie et muséographie MUDAM (2002-2019)
• Arnaud Mouriamé, designer.

A l’unanimité, les membres du jury ont attribué le 3e prix au binôme 2001 – NJOY, pour la proposition « RE-SOURCE BEL-VAL », un projet que le jury a trouvé « très abouti en termes de recherche formelle et de développement, allant au-delà de l’histoire elle-même pour poser des questions très actuelles sur la gestion et l’économie de l’eau ». Le 2e prix a été décerné au trio Pauline Lacord – Etienne Duval et Julie Marthe Hoffmann, pour le pavillon « BEL VAL SPLASH ». L’attention portée aux principes de l’économie circulaire de ce projet ainsi que son audace de traitement et les idées véhiculées à travers l’architecture ont fait que le jury a décidé de lui ajouter une mention spéciale.
Le premier prix est allé au projet présenté par le collectif bebunch, associé à Ney & Partners pour l’ingénierie, et à Laura Mannelli pour la scénographie en réalité virtuelle. Le jury a souligné l’intégration réussie dans le paysage et la poésie émanant de la conception. Avec ses formes circulaires et ses grandes Umbrellas, le projet rend immédiatement perceptible le rapport à l’eau, tout en respectant les principes fondamentaux de l’économie circulaire. La présence à l’eau est intégrée à la scénographie et le lien à la source est rendu possible par la réalité augmentée.

L’eau comme thème central

Situé à proximité du quartier général d’Esch2022, capitale européenne de la Culture et au-delà, d’un quartier en plein développement, le public sera invité à revivre l’histoire de la source située en contrebas. Le pavillon sera situé sur le tracé du « grand parcours », projet historique et artistique s’étendant sur les quatre localités de la commune (Sanem, Belvaux, Soleuvre et Ehlerange), mis en place spécifiquement pour E2022 sous la thématique « Remix Nature ».
Les projets développés sur le parcours constitueront un fil rouge à travers les quatre localités. Ainsi, le Pavillon de la source Bel-Val s’adressera aussi bien aux visiteurs de « courte durée » qu’à ceux qui effectueront la randonnée du parcours. Il constituera également un point de repos pour tous les âges au coeur du parc « Um Belval ». L’eau devra constituer l’élément d’interaction par excellence du pavillon et l’histoire de la source sera l’élément-clé de programmation. Le volet historique de l’exploitation sera développé en collaboration avec la maison de la culture « A Gadder » qui en possède les archives les plus significatives.

L’histoire de l’exploitation de la source

Au 19e siècle, le site entre Belvaux et Esch est une zone récréative particulièrement appréciée. La forêt « Escher Bësch», également appelée bois du « Clair-Chêne », qui relie les deux cités, est associée à de nombreuses légendes. En 1885, Joseph Steichen, conseiller à la Cour supérieure de justice à Luxembourg, hérite la ferme « Ernshof » sur le site, et y découvre une source d’eau minérale d’une qualité exceptionnelle. Cette eau, riche en sels minéraux, calcium et fer et dotée de vertus curatives, est mise en bouteille et commercialisée à partir de 1893. Au début du 20e siècle, la source Bel-Val atteint une renommée internationale et est exportée dans le monde entier, de la Chine jusqu’en Argentine, des États-Unis jusqu’en Afrique du Sud. L’eau minérale se vend également en Europe, en Espagne, en Angleterre ou en Tchécoslovaquie.
Avec 38 médailles d’or et des diplômes d’honneur internationaux, l’eau minérale de Bel-Val se place parmi les plus grandes marques comme Vittel, Contrex ou Évian. Son slogan est internationalement connu : « La plus hygiénique des Eaux de table, la plus agréable des Eaux médicinales ». La production atteint deux millions de bouteilles par an en 1925, mais à partir de 1929, la Grande Dépression sonne le début de la fin des activités de la Compagnie des eaux minérales de Bel-Val. La faible demande et la concurrence internationale croissante engendrent la cessation de production en 1935.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu