Inscription à la newsletter :

18.06.2014

Le 4 juillet prochain à Belval : les monumentaux vestiges industriels renaissent

Tous à vos fourneaux!

Les travaux sur les hauts fourneaux de Belval sont achevés. Conservés suivant un scénario inédit, les vestiges industriels s’affichent désormais dans toute leur splendeur. Pour célébrer l’ouverture au public de cet espace extraordinaire, le Fonds Belval invite à une grande fête populaire qui se déroule du 4 au 6 juillet 2014 dans le cadre du Festival de la Culture industrielle et de l’Innovation au Bassin Minier. L’événement majeur de ce week-end « haut en fourneaux » sera la première mise en lumière de ces vestiges industriels réalisée par le designer allemand Ingo Maurer.
Organisé à l’initiative de la Fondation Bassin Minier, le premier festival de la culture industrielle et de l’innovation a regroupé 25 acteurs et une quarantaine d’événements de mai à juillet 2014. C’est dans ce contexte que le Fonds Belval a décidé d’organiser la première fête des hauts fourneaux en guise d’événement de clôture du festival. En effet, cet événement marque le début d’une nouvelle ère sur le site de Belval. La fête inaugurale se déroulera le week-end du 4 au 6 juillet 2014 et proposera un programme riche et diversifié : la mise en lumière festive des hauts fourneaux selon le projet d’Ingo Maurer, des concerts par le groupe luxembourgeois « Legotrip », le violoncelliste André Mergenthaler en duo avec le saxophoniste Fernand Neumann, l’Harmonie Municipale d’Esch-sur-Alzette et le Total Trio autour de Luciano Pagliarini et Misch Feinen.
En aval des festivités du 4 juillet, le Fonds Belval et la Fondation Bassin Minier invitent à une journée de conférences sur le thème « Architecture et Travail – du site industriel à la ville du savoir » présentées par des conférenciers internationaux.
Le haut fourneau A sera accessible au public à partir du 4 juillet à 16h00. Des visites guidées sont offertes sur réservation préalable.

Programme de la fête des hauts fourneaux à Belval 2014


Vendredi 4 juillet
16h00 Accès libre au haut fourneau A
20h00 La « Fabbrica Illuminata » de Luigi Nono - sopraniste Ulrika Strömstedt
21h00 Concert du groupe luxembourgeois « Legotrip »
23h00-0h30 Illumination des hauts fourneaux, accompagnement musical par le violoncelliste André Mergenthaler et le saxophoniste Fernand Neumann
23h30 La « Fabbrica Illuminata » de Luigi Nono - sopraniste Ulrika Strömstedt
Samedi 5 juillet
10h00-11h30 Visites guidées du haut fourneau (sur réservation)
12h00-20h00 Accès libre au haut fourneau
Dimanche 6 juillet
10h00-11h30 Visites guidées du haut fourneau (sur réservation)
12h00-20h00 Accès libre au haut fourneau
11h30 Concert-apéritif par l’Harmonie Municipale Esch-sur-Alzette
14h00 TOTAL TRIO, Luciano Pagliarini, saxophones, Jean-François Charbonnier, tuba, Conny Troost, percussion, special guest : Misch Feinen, ferrailles, sons industriels
Lieu : place des Hauts Fourneaux - avenue du Rock‘n’Roll (face à la Rockhal) à Belval,
L-4361 Esch-sur-Alzette
Organisation : Le Fonds Belval dans le cadre du Festival de la Culture industrielle et de l’Innovation
Visites guidées : sur réservation, visite@fonds-belval.lu
Infos : tél. 26840-1 ; fb@fonds-belval.lu ; www.fonds-belval.lu

La conservation des vestiges industriels


Depuis les premiers travaux jusqu’à l’ouverture au public, le projet des hauts fourneaux aura duré dix ans. Une longue période préparatoire s’imposait face à cette entreprise gigantesque. Le projet définitif étant inconnu au départ, un premier projet de loi a été établi pour réaliser les « études préparatoires à la réalisation d’un Centre national de la Culture Industrielle sur le site des Hauts Fourneaux à Belval-Ouest ». La première phase de travaux entamée sur base de la loi du 17 novembre 2003 comprenait la sécurisation et la stabilisation des installations industrielles ainsi que le développement du projet du Centre national de la Culture Industrielle (CNCI). Le contexte exceptionnel du nouveau quartier urbain de la Cité des Sciences implanté sur la Terrasse des Hauts Fourneaux exigeait un concept de conservation hors du commun. Le Fonds Belval a ainsi été chargé de développer une proposition pour la conservation des vestiges industriels au sein de la Cité des Sciences et pour la construction du CNCI.
Trois scénarios ont été développés proposant des degrés de conservation différenciés avec des estimations de coûts. Le gouvernement a retenu le scénario « Monuments dans la Cité » préconisant la conservation du haut fourneau A dans ses principaux éléments dans le but de le rendre accessible au public et la conservation du haut fourneau B en tant que silhouette. L’objectif du scénario est d’intégrer les vestiges industriels d’une manière inédite dans le nouveau quartier urbain et d’assurer leur rôle de landmark dans le paysage.
En ce qui concerne le CNCI, le projet prévoit de construire un nouveau volume dans l’enceinte du haut fourneau A et d’utiliser les espaces de la halle de coulée pour développer des expositions et autres manifestations ou événements.
Une deuxième loi portant sur les « travaux de mise en valeur des hauts fourneaux A et B de Belval » est entrée en vigueur le 3 août 2010. La crise économique a fait ses ravages. La construction du CNCI prévue initialement dans le projet de loi a été reportée. L’objet de la loi votée porte uniquement sur la conservation et l’intégration urbaine des hauts fourneaux dans le nouveau quartier de la Cité des Sciences. Suite au feu vert du gouvernement et de la chambre des députés, un travail intense pour la conservation des hauts fourneaux de Belval a alors été mis en œuvre.

Réalisation d’un scénario inédit


La réalisation du scénario « Monuments dans la Cité » représentait un défi inédit. Aucun projet connu jusqu’aujourd’hui n’a réussi à intégrer un site industriel de ce genre dans un quartier universitaire. Les responsables du projet couraient un grand risque. D’importantes études préalables étaient nécessaires pour vérifier la faisabilité du projet d’abord ensuite pour déterminer les travaux et leur bon déroulement.
Dans la réalisation du scénario « Monuments dans la Cité » on peut distinguer deux grandes phases : la phase de démantèlement et la phase de conservation. Le démontage des éléments non conservés représente une étape importante dans le projet. Dans un premier temps, le haut fourneau B a été demantelé jusqu’à sa structure principale, le haut fourneau, l’épuration des gaz et les cowpers. La halle de coulée et les éléments communs avec le haut fourneau A comme les bassins de granulation, les aéroréfrigérants et les salles de pompages ont été démolis pour faire place à des nouveaux espaces de la Cité des Sciences suivant le scénario retenu.
La mise en œuvre de la conservation nécessitait un minutieux travail préparatoire, notamment pour le traitement des surfaces corrodées. Pour garantir une conservation à longue durée – une condition indispensable dans le contexte urbain donné –, il fallait réfléchir à un traitement des surfaces de métal qui se dégradent rapidement une fois les installations mises hors service. En même temps, les surfaces corrodées, la patine du vécu font aussi le charme particulier des vestiges industriels et une mise en peinture banale aurait détruit ce caractère. Le Fonds Belval s’est donc assuré du conseil d’experts, un artiste de la lumière d’un côté, un ingénieur-chimiste de l’autre côté pour mener à bien cette œuvre.
Ingo Maurer, designer célèbre pour ses lampes et concepts lumineux, a été chargé d’étudier l’éclairage des hauts fourneaux et l’aspect esthétique d’un traitement des surfaces. En commun accord avec le Fonds Belval l’option a été prise de traiter les surfaces suivant un concept différencié, une mise en peinture pour les structures portantes et une application de vernis transparent sur les chaudronneries maintenant les couleurs que l’on a retrouvé au départ. Jean Lamesch, ingénieur ayant travaillé pendant de longues années pour le compte des groupes sidérurgiques de Belval, a contribué avec son savoir de chimiste à trouver la bonne solution voire les bons produits pour le traitement. Le Fonds Belval a fait un appel international pour entrer en contact avec des entreprises susceptibles de pouvoir répondre aux exigences. Des essais ont été réalisés sur place avec différents produits pour connaître l’évolution dans le temps des applications. Les travaux de traitement de surface proprement dit ont commencé début 2011 pour s’achever fin 2013. La plus grande prudence était nécessaire pour mener à bien ces travaux dans toutes les phases du chantier. Un planning et une logistique irréprochable étaient de rigueur. Finalement, une grande tâche a été accomplie avec le soutien de centaines d’ouvriers et d’employés. Le résultat est époustouflant.

Les hauts fourneaux en chiffres


Loi du 17 novembre 2003 : 13.930.000 €
Loi du 3 août 2010 : 26.750.000 €
Démantèlement
7 200 to d’acier démantelé
20 000 m3 de béton démoli
Restauration
60 000 m² de peinture
40 000 m² de vernis
100 000 l de peinture / vernis
3 000 m² de planchers renouvelés
1 800 m de garde-corps renouvelés
175 to de charpente remplacée

Le début d’une nouvelle ère à Belval


Après la première déception à cause du report du CNCI à un futur incertain, le projet de créer un centre de la culture industrielle n’a tout de même pas été abandonné. Dans l’attente du projet définitif, une première initiative en vue de la création d’un réseau des acteurs culturels du bassin minier – une des chevilles ouvrières du projet - a été mise en oeuvre. La Fondation Bassin Minier, association active depuis 1989, a lancé le premier festival de la culture industrielle et de l’innovation regroupant 25 acteurs et une quarantaine d’événements de mai à juillet 2014. Dans ce contexte, le Fonds Belval a saisi l’opportunité d’organiser la première fête des hauts fourneaux pour célébrer l’accessibilité au public des vestiges industriels en guise d’événement de clôture du festival.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu