Inscription à la newsletter :

22.07.2020

Escher Theater

Que le spectacle (re)commence !

Que le spectacle (re)commence !
Beau bâtiment emblématique, situé au coeur de la ville
Situé au cœur de la ville, le Escher Theater est un bâtiment imposant, représentatif, qui capte les regards et qu’on a envie d’aimer. Il constitue depuis près de 60 ans un lieu culturel de référence pour tous les amateurs d’arts de la scène.

Le Escher Theater, officiellement Théâtre municipal de la ville d'Esch-sur-Alzette, a vu le jour en 1962. Conçu par l’architecte de la ville Robert van Hulle, il se présentait comme un bâtiment monumental mais sans excès, juste ce qu’il fallait de représentatif pour affirmer la place importante que les édiles entendaient réserver à la culture dans ce qu’on appelait encore communément la Métropole du fer. Depuis lors, il a largement affirmé ce rôle essentiel, avec un programme riche et varié attirant un public à la fois local, national et transfrontalier. Un programme qui n’a jamais cessé de se réinventer sous la houlette des directeurs successifs : Joseph Wampach, Guy Wagner, Philippe Noesen, Charles Muller et, depuis la saison 2018/19, Carole Lorang.
Situé en plein milieu urbain, l’édifice domine la place de la Résistance, que l'on ne peut confondre avec nulle autre de par son aménagement paysager. C’est un bâtiment à pan coupé dont la façade est ornée de céramiques polychromes et d’un auvent périphérique qui embrasse l’accueil au rez-de-chaussée. La façade est rythmée par de larges baies vitrées, partiellement à vitraux. Ces grands vitraux, que les passants peuvent admirer depuis la rue, sont l’œuvre du fameux artiste sculpteur Frantz Kinnen.
La grande salle du théâtre peut accueillir plus de 500 personnes. La petite salle a une capacité de 100 personnes et est utilisée pour des spectacles intimistes, des soirées littéraires et poétiques, du café-théâtre ou des concerts de jazz. Au deuxième étage, on trouve une galerie où se tiennent régulièrement des expositions artistiques ou thématiques.

Des rénovations d’envergure


Depuis 1997, le théâtre d’Esch a fait l’objet d’un projet de rénovation de longue haleine, aux commandes duquel ont oeuvré les bureaux Kerg & Ewen Architectes et Beng Architectes Associés. Cette rénovation a été scindée en trois phases distinctes. Le bureau Kerg & Ewen s'investit particulièrement dans la première phase de travaux, engagée en 1996-1997, portant sur la mise aux normes de la salle et de ses foyers. À cette occasion, le rez-de-chaussée fut largement ouvert vers l’extérieur grâce à des portes et des baies vitrées. L'acoustique fut accompagnée d'un soin particulier : les architectes firent appel au bureau Xu Acoustique de Paris, des professionnels mondialement connus, qui élaborèrent un concept acoustique sur mesure pour le théâtre eschois, en travaillant notamment sur les habillages de murs et plafonds.
La deuxième phase, conduite par le bureau Beng Architectes Associés de 2008 à 2011, a permis l’agrandissement et le renouvellement complet de la cage de la scène ; l’agrandissement et la création de nouvelles loges et de bureaux de l’administration ; l’aménagement d’une grande salle de répétition sous les combles et des installations techniques et scénographiques conformes aux normes internationales. Les locaux, isolés sur les plans énergétique et acoustique pour le confort des visiteurs, ont été ventilés grâce à l’installation d’une ventilation double flux. De nouvelles menuiseries extérieures avec des vitrages isolants ont été posées. La toiture a été isolée et refaite et un système de désenfumage y a été installé. Depuis 2011, l’accès au théâtre est possible à partir du parking souterrain voisin grâce à la construction d’un tunnel de liaison, qui correspond à la dernière phase des travaux. Sa réalisation en zone inondée a entraîné l’utilisation de techniques adaptées. La plus récente intervention de l’été 2019 a porté sur le lifting des foyers (ajout du bar au rez-de-chaussée, pose de rideaux, remplacement du système d’éclairage, remise en peinture) et sur quelques transformations dans la zone administrative, afin de permettre l’accueil de nouveaux collaborateurs (création de nouveaux bureaux et d’une salle de réunion). Ainsi doté des techniques les plus modernes, le théâtre est prêt à poursuivre son œuvre culturelle pour plusieurs décennies.
Ainsi renforcé sur le plan des structures techniques, de la fonctionnalité et du confort, le théâtre peut continuer à développer sa fonction d’aimant culturel accueillant des spectacles diversifiés destinés à un large public hétéroclite.

Que le spectacle (re)commence !

Carole Lorang, directrice « Un lieu ouvert qui s’inscrit clairement dans son environnement urbain. »

Au Escher Theater, nous sommes persuadés qu’une institution culturelle comme la nôtre, financée par les deniers publics, doit être un lieu ouvert qui s’inscrit clairement dans son environnement urbain. C’est un lieu de rencontre, un lieu qui reflète les réalités de la région, ce qui ne l’empêche pas, cependant, de surprendre et d’innover, là où on ne l’attend pas forcément. On pourrait dire que le bâtiment même du théâtre, qui se trouve sur la place Brill, au centre de la Ville d’Esch, se démarque par ses larges baies vitrées qui témoignent de cette volonté d’ouverture et dont la transparence symbolise un projet qui lie la création artistique à l’environnement qui la voit naître. En effet, s’il veut assumer sa mission de service public, le Escher Theater doit naturellement aller au-devant des préoccupations de la population. Un projet cohérent de ce point de vue permet d’éviter, à terme, deux pièges, aussi regrettable l’un que l’autre : c’est-à-dire soit la tentation de miser sur un « marché de niche » réservé à une élite, soit l’option d’un théâtre passe-partout qui n’entretient, avec la société, qu’un rapport très sommaire et futile. L’identité d’un théâtre implanté dans une ville comme Esch, riche de multiples influences culturelles, doit se construire dans le dialogue avec différents publics – car il n’y en a pas qu’un seul. Formes et contenus artistiques proposés doivent tenir compte de diverses réalités sociales, environnementales et économiques. C’est pourquoi notre identité visuelle – portée par le travail du photographe Patrick Galbats – suit cette approche d’une manière décalée et avec humour. Les photos montrent Esch au quotidien, mais sous un angle théâtralisé, se jouant des clichés, parfois avec un soupçon de surréalisme : Un ouvrier revêtu de sa combinaison de sidérurgiste promenant son chien en laisse dans la rue piétonne, un gamin affublé du costume de Batman jouant au foot sur un terrain vague. L’arrivée de l’Ariston s’inscrira dans ce contexte. Notre objectif est de rendre le théâtre plus accessible à un public souvent négligé, je veux parler des enfants et des adolescents. Nous leur proposerons une programmation diversifiée, interdisciplinaire, adaptée à leur âge et à leurs intérêts. Il y aura des spectacles le week-end avec des horaires aménagés et des représentations scolaires pour chaque tranche d’âge.

« Inviter les gens dans la rue à entrer dans le théâtre »

Georges Zigrand, designer, a conçu le nouvel habillage des foyers en 2019. « En tant que bâtiment, le Théâtre d'Esch a une présence clé dans le centre de la ville d'Esch. Le fait d'avoir un lieu de culture aussi marquant sur l’une des places urbaines les plus remarquables de la ville est d'un grand symbolisme. Sa position, tout comme la qualité du bâtiment, nous parle bien de l’importance que la ville d'Esch a voulu donner au théâtre depuis les débuts. La qualité du bâti avait d'ailleurs un aspect pivotal / essentiel dans notre approche pour le projet de réaménagement, car nous avons essayé de remettre en valeur les qualités architecturales qui ont été un peu perdues au fil des années avec des adaptations et des ajouts qui ont de plus en plus encombré et dilué la qualité des espaces. En démantelant ces interventions antérieures, nous avons essayé de remettre l'espace « à zéro », c'est-à-dire dans un état plus sobre et plus respectueux de l'élégance architecturale initiale. Tout en essayant d'épurer l'espace, il était important d'adapter les fonctions pour rendre le lieu plus attirant et plus accueillant. Nous avons créé un espace flexible et invitant au rez-de-chaussée, avec un bar à l'entrée, des bancs pour s'asseoir à plusieurs et un éclairage plus flexible et moins froid. Les nouveaux rideaux du bar et du vestiaire ont comme fonction primaire de définir les espaces et d'améliorer l'acoustique, mais aussi de jouer avec l'iconographie du théâtre et de rendre l'espace plus chaleureux. Toutes ces interventions ont comme but aussi de donner envie de rentrer, d'inviter les gens depuis la rue, d'être plus visible et présent depuis l'extérieur. Après tout, le théâtre et la culture en général ne sont réellement vivants que si la population entière de la ville y participe. »

Article publié dans Wunnen no 68 juin, juillet, août 2020. La version online a été élaborée avec l’aimable collaboration de l’architecte Carlo Kerg et du bureau Beng Architectes Associés.
Magazine Wunnen
www.wunnen-mag.lu | info@wunnen-mag.lu